ALUMNI

La Clinique doctorale de droit international des droits de l'homme d'Aix-en-Provence est fière d'avoir compté parmi ses membres : 

Aurore Andrault

Aurore.jpg

Aurore Andrault est doctorante en Droit International Public à la faculté de Droit et de Science Politique d'Aix-Marseille Université, sous la direction de la Prof. Hélène Tigroudja. Rattachée au CERIC, Aurore est titulaire d'un Master 2 en Sécurité Internationale et Défense de l'Université Jean Moulin-Lyon 3 et d'un Master 2 Action et Droits Humanitaires d'Aix-Marseille Université. Elle est également titulaire du DESU Juriste Internationaliste et Humanitaire de Terrain, qui lui a permis d'être étudiante clinicienne auprès de la Clinique des Droits de l'Homme Aix Global Justice.

Etant particulièrement intéressée par les questions de terrorisme international, de Droit International Humanitaire et son évolution, elle travaille sur les liens entre terrorisme et principe de distinction en Droit International Humanitaire. En parallèle de ses travaux de thèse, Aurore est également Responsable locale de la diffusion du Droit International Humanitaire de l'Unité Locale de la Croix-Rouge d'Aix-en-Provence.​

Nadine Arafat

Nadine Arafat.jpg

Avocate au Barreau de Beyrouth depuis 2008 . Elle est spécialiste en droit Civil . Doctorante en droit des assurances au sein du laboratoire de droit privé et de sciences criminelles de l'Université Aix-Marseille,  elle travaille sur la protection des victimes dans l'assurance des responsabilités civiles. Elle a réalisé des documentaires sur l'esclavage moderne et les droits des femmes en France, et la corruption au Liban. Elle est également engagée dans la société civile et elle écrit des articles critiques dans les journaux sur les droits des femmes et les droits fondamentaux sociaux au Liban. En 2014 son premier livre sur la responsabilité délictuelle des inconscients - Etude comparée a été publié à Beyrouth. Ses langues de travail sont l'Arabe, le français et l'anglais.

Olga Bodnarchuk

olga_edited.jpg

Olga Bodnarchuk est doctorante en droit public au sein du Groupe d’études et de Recherches comparées sur la Justice Constitutionnelle de la Faculté de droit et de science politique de l'Université d'Aix-Marseille. Titulaire d’un Master 2 en Droit public approfondi de l’Université d’Aix-Marseille (2016) et d’un Master 1 en Droit du Collège Universitaire Français de Moscou (Russie, 2015), elle est spécialisée en droit européen des droits de l’homme. Sa thèse porte sur l’application sélective des arrêts de la Cour européenne des droits de l’homme par les cours constitutionnelles et suprêmes. Depuis septembre 2016, Olga Bodnarchuk est membre de la Clinique doctorale de droit international des droits de l’homme de la Faculté de droit de l'Université d'Aix-Marseille. Outre le français, ses langues de travail sont l’anglais et le russe.

Manon Bonnet

manon_edited.jpg

Manon Bonnet est doctorante contractuelle en droit public au sein du GERJC. Titulaire d’un Master 2 en droit de la reconstruction des Etats de l'Université d’Aix-Marseille, elle est spécialisée en droit constitutionnel de la reconstruction des Etats. Sa thèse portant sur les transitions constitutionnelles internationalisées, oriente plus particulièrement ses travaux vers les domaines du droit constitutionnel et de la souveraineté nationale. Au sein de la Clinique de droit international des droits de l’homme de l’AMU, elle s’investit en priorité dans les dossiers liés à la protection du droit des femmes et des minorités, ainsi que dans la rédaction d’amici curiae ou de dossiers pré-contentieux. Outre le français, ses langues de travail sont l’anglais et l’allemand.

Ioana Bouquier

ioana_edited_edited.jpg

Ioana Bouquier est doctorante à la Faculté de droit d'Aix-Marseille Université. Titulaire d’un Master 2 en Droit international public obtenu en 2016, sa thèse s'inscrit dans le domaine des droits de l’homme. Ses langues de travail sont le français et l’anglais. Au sein de la Clinique, elle s'investit dans la préparation d'amici curiae, notamment devant la Cour interaméricaine, et dans divers dossiers portant sur le droit international des droits de l'homme.

Fernanda Castelo Branco Araujo

Photo Fernanda_edited.jpg

Fernanda Castelo Branco Araujo est doctorante en droit international et durabilité à l’Université de Brasília (UnB), au Brésil, en cotutelle avec le Centre d’études et de recherches internationales et communautaires d’Aix-Marseille Université, spécialisée en droit international de l’environnement et titulaire d’un Master 2 en droit et développement à l’Université Fédérale du Ceará (Brésil, 2014). Elle a travaillé en tant qu’avocate au Barreau Moita e Rodrigues, ainsi que comme enseignante de droit de l’environnement et coordinatrice du Bureau des droits de l’homme, droit de l’environnement et conseil juridique populaire (EDH) au Centre Universitaire Christus (Brésil, 2014-2016). Sa thèse de doctorat porte sur les communautés des pêcheurs des zones côtières. Ses langues de travail sont le portugais, le français, l’anglais et l’espagnol.

Chloé Debord

Debord C (1).jpg

Chloé Debord est doctorante en Droit International Public à la faculté de Droit et de Science Politique d'Aix-Marseille Université. Rattachée au CERIC, Chloé est titulaire d'un Master 2 en Action et Droits Humanitaires et d'un Master 2 LEA en Gestion de projets humanitaires et culturels d'Aix-Marseille Université. Elle est également titulaire du DESU Juriste Internationaliste et Humanitaire de Terrain, ce qui lui a permis d'être étudiante clinicienne auprès de la Clinique des Droits de l'Homme Aix Global Justice. 

Intéressée par les questions de justice transitionnelle et de mémoire historique, elle travaille actuellement sur les garanties de non-répétition en Droit International sous la direction de la Prof. Hélène Tigroudja. 

Julien Dellaux

d20407776_IMG_0387.jpg

Julien Dellaux est doctorant en droit international au sein du Centre d’études et de recherches internationales et communautaires de l'AMU et attaché temporaire d'enseignement et de recherche à l'Université d'Aix-Marseille. Il est titulaire d'un Master 2 de Droit international et européen de l'environnement de l'Université d’Aix-Marseille et d'un Master 2 de Science Politique de l'Université de Lyon 3. Outre le français, ses langues de travail sont l’anglais, l’espagnol et le portugais. Il s'est spécialisé dans le domaine des droits de l'Homme avec une expérience en tant qu'assistant de chargé de plaidoyer au sein d'une ONG et par ses enseignements dispensés au sein de la faculté. Au sein de la Clinique, il a mené et contribué à plusieurs projets aux stades contentieux et pré-contentieux en offrant selon les besoins des partenaires une analyse spécialisée ou transversale des systèmes de protection des droits de l’homme.

Gaëtan Ferrara

Gaëtan_F_edited.jpg

Gaëtan Ferrara est doctorant contractuel au sein du Centre d’études et de recherches internationales et communautaires d’Aix-Marseille Université (CERIC) faisant suite à l'obtention du Master 2 en Droit international public de l'AMU (2017). Particulièrement intéressé par les théories du droit international public et leurs apports potentiels dans la compréhension et la création d’un droit international public optimal, ses recherches l'amènent à analyser l'influence des mécanismes conventionnels des droits de l'Homme sur les États.

Angelo Golia

angelo_edited.jpg

Angelo Golia est chargé d'enseignement, et doctorant en droit public au sein de l'École doctorale «Internationalisation des systèmes juridiques et droits fondamentaux» de l’Université de Naples II. Titulaire d’un diplôme en droit (équivalent italien d’un Master 2, mémoire en droit constitutionnel) de l’Université de Naples II, il collabore avec l’Institut des Hautes Études sur la Justice de Paris, l’Universidade Federal de Santa Maria au Bresil et l'Université de Pittsburgh aux États-Unis. Ses recherches portent sur le rapport entre droit constitutionnel et droit international, et plus particulièrement sur la constitutionnalisation du droit international et global. Sa thèse porte sur la responsabilité des entreprises transnationales par une perspective de droit constitutionnel. Au sein de la Clinique de droit international des droits de l’homme de l’AMU, il s’investit en priorité dans les dossiers liés à des contentieux de droit international des droits de l’homme (surtout en matière de responsabilité des entreprises) et à l’arbitrage investisseur-État, ainsi que dans la rédaction d’amici curiae et d’articles. Outre l’italien, ses langues de travail sont l’anglais et le français.

Pierre Michel

Pierre Michel.jpg

Pierre Michel est doctorant contractuel auprès du Laboratoire de théorie du droit (Aix-Marseille Université) depuis octobre 2015. Sa thèse porte sur l'usage et le transfert des concepts socio-politiques dans le droit au travers d'une étude du concept de genre. Au sein de la Clinique doctorale de droit international des droits humains, il s'investit dans divers dossiers contentieux, la rédaction d'amici curiae ainsi que dans la préparation de conférences. Ses langues de travail sont le français, l'anglais et l’italien.

Pierre Michel est l'un des membres fondateurs de la Clinique. 

Alice Monicat

Sans titre.png

​Alice Monicat, est doctorante en droit international public à la Faculté de droit et science politique d'Aix-Marseille Université, sous la direction de Sandrine Maljean-Dubois. Normalienne diplômée de Sciences Po Paris (Master droit économique, Global Governance Studies) et du magistère Droit et Globalisation économique (ENS Rennes, Université de Rennes 1), Alice poursuit au CERIC ses recherches sur la gouvernance environnementale globale, entamées un an plus tôt sous la direction de la Pr. Emmanuelle Tourme-Jouannet (Ecole de droit de Sciences Po). Sa thèse interroge l'avenir du transfert de technologie comme paradigme de la diffusion technologique, à l'heure de la transition écologique. Case Manager au sein de la Clinique Aix Global Justice, elle a également été Coordinatrice Générale pour l'année 2019/2020. 

Carole Polosse

Polosse_edited_edited.jpg

Carole Polosse est doctorante spécialisée en droit administratif et chargée d'enseignement à l'Université d'Aix-Marseille et à l'IEP d'Aix-en-Provence (CPAG). Rattachée au Centre de Recherches Administratives de l'AMU, sa thèse porte sur le régime des conventions d’occupation du domaine public. Ses recherches concernent plusieurs matières dont le droit administratif des biens, le droit des contrats administratifs ainsi que le droit public des affaires.

Charline Putti

IMG_0507.jpg

Charline Putti est doctorante en droit international au sein du Centre d’études et de recherches internationales et communautaires de l'AMU et chargée d'enseignement à l'AMU et l'IEP d'Aix-en-Provence. Titulaire d’un Master 2 en droit international public de l'Université d’Aix-Marseille (2012) et d'un Master 2 en journalisme juridique (2013) suite à une licence validée à Adelaide University (Australie, 2011), elle est spécialisée en droit international des droits de l’Homme. Sa thèse porte sur les obligations internationales des Etats en matière de droits économiques, sociaux et culturels. Au sein de la Clinique de droit international des droits de l’homme de l’AMU, elle s’investit en priorité dans les dossiers liés à des contentieux de droit international des droits de l’homme, dans la rédaction d’amici curiae ou de dossiers pré-contentieux, et assure diverses missions logistiques d'organisation et de communication (site internet, communiqués...) des activités cliniques. Outre le français, ses langues de travail sont l’anglais et l’espagnol.

Emilie Rebsomen

Emilie.jpg

Emilie Rebsomen est doctorante en droit international public à l'Université d'Aix-Marseille. Rattachée à l’Institut d'Etudes Humanitaires Internationales (IEHI), sa thèse de doctorat  est une contribution à l'étude de la coutume en droit international des migrations forcées à travers l'analyse plus spécifique des interdictions coutumières de l'arbitraire et de la discrimination.  En parallèle de ses recherches scientifiques, elle bénéficie de quatre ans d'expériences professionnelles juridiques et de coordination dans le domaine des droits de l'homme, ainsi que la protection des réfugiés, en France ou à l'étranger.  Ses langues de travail sont le français et l’anglais.

Méryl Recotillet

meryl_edited_edited.jpg

Méryl Recotillet est doctorante au sein du laboratoire de droit privé et sciences criminelles de la faculté de droit et de science politique d’Aix-en-Provence. Méryl est spécialisée en droit pénal ; à ce titre elle est titulaire d’un Master 2 sciences criminelles, parcours sciences pénales depuis 2015. En 2013, elle a par ailleurs obtenu une licence en droit européen au sein de l’Université de Maastricht aux Pays-Bas.

L’enjeu de sa thèse est de se demander comment la matière pénale concilie-t-elle la nécessité de ne pas s’incliner face à la fuite d’un individu et l’impératif de préservation des droits fondamentaux du fugitif. Passionnée par la matière juridique dans son ensemble, Méryl a intégré l’atelier régional de jurisprudence chargé d’analyser les décisions de la Cour d’Appel d’Aix-en-Provence. Elle fait partie de l’équipe de la Clinique de droit international des droits de l’homme depuis le mois de mai 2016. Outre le français, ses langues de travail sont le néerlandais, l'anglais et l'allemand.

Caroline Teuma

IMG_0370_edited.jpg

Caroline Teuma est doctorante en droit pénal au sein du Laboratoire de droit privé et de sciences criminelles de l’Université Aix-Marseille. Elle est également chargée d’enseignement au sein de cette même université. Titulaire d’un Master 2 en sciences criminelles de l’AMU (2014) suite à une licence validée après deux années passées aux Pays-Bas (2012), elle est spécialisée en droit pénal. Sa thèse porte sur le réexamen en matière pénale, sujet largement influencé par le droit européen des droits de l’homme. Au sein de la Clinique de droit international des droits de l’homme de l’AMU, elle s’investit en priorité dans les dossiers pré-contentieux et assure différentes missions d’organisation et de gestion dans le cadre de sa fonction de coordinatrice de la Clinique (site Internet, conférences, école d’été…). Outre le français, ses langues de travail sont l’anglais et le néerlandais. 

Caroline Teuma est l'une des membres fondatrices de la Clinique. 

Badjinri Habib Touré

Habib photo.jpg

Badjinri Habib Touré est doctorant contractuel au sein du Centre d’études et de recherches internationales et communautaires d’Aix-Marseille Université. Titulaire d’un Master 2 en Droit international public de l’AMU (2017), il est aussi diplômé des facultés de droit et de science politique des Universités de Bordeaux (2016) et Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan (2014). Envisageant d’apporter une humble contribution aux théories de l’ordre juridique international, sa thèse de doctorat est orientée vers la question du retrait des États membres des Organisations internationales. Par ailleurs, il s'est doté de quelques connaissances pratiques dans le domaine des droits de l'Homme avec une expérience en tant qu'assistant de chargé de projet au sein d'une ONG en Côte d’Ivoire. Ses langues de travail sont le français et l’anglais.

Dr. Thierry Bidouzo

Thierry photo.png

Docteur en droit public de l’Université d’Abomey-Calavi et d’Aix-Marseille Université, Thierry Bidouzo est Enseignant-Chercheur à la Faculté de droit et de science politique de l’Université d’Abomey-Calavi. Secrétaire général du Réseau panafricain pour la sécurité internationale et le maintien de la paix en Afrique (RéSIMPA), Thierry est aussi Chercheur au Centre de droit constitutionnel de l’Université d’Abomey-Calavi, et membre de l’Association béninoise de droit constitutionnel.  Thierry Bidouzo est membre et collaborateur extérieur de la Clinique doctorale de droit international des droits de l’homme de la Faculté de droit d’Aix-en-Provence.

Dr. Niki Siampakou

Niki_edited.jpg

Niki Siampakou est docteure, spécialisée en droit international des droits de l’Homme et en droit international pénal. Chercheuse invitée à la New York University (JSD Program, 2018-2019) et à l’Amsterdam
University (Amsterdam Center for International Law, 2017-2018) dans le cadre de sa thèse de doctorat, Niki a également participé aux formations organisées par le Grotius Center for International Legal Studies (Leiden University) et l’Asser Institute. Titulaire d’un Master 2 en Droit international public de l'AMU (mention Très Bien) elle a obtenu un Diplôme en droit de l’Université Aristote de Thessalonique et a passé un semestre à l’Université Católica Portuguesa dans le cadre du programme Erasmus. Niki a effectué un stage à la Section de la Participation des victimes et des réparations de la Cour Pénale Internationale et a travaillé en tant qu’avocate stagiaire dans différents cabinets ainsi qu’au sein des juridictions nationales à Athènes. Sa thèse de doctorat portait sur la réparation des victimes de crimes internationaux. Ses langues de travail sont le grec, le français, l’anglais, l’espagnol et le portugais.